Visite chez l'Ostréiculteur à la Bernerie-en-Retz

Jeu. 18 août 11h-13h

Je m'inscris !

Actu du moment : Cet été suivez les hirondelles & martinets de votre commune en Pays-de-Retz et aidez-nous à les étudier !

Depuis plus de dix ans, Gwénaël, naturaliste amateur en lien avec l’association, effectue le comptage des nids d’hirondelles sur plusieurs communes du Pays-de-Retz. Après une baisse significative entre 2017 et 2020, enfin une note d’espoir : le nombre de nids repart à la hausse ! Malheureusement et malgré leur protection par le code de l’environnement, plusieurs destructions de nids sont constatées chaque année.

Même si nous sommes conscient.e.s de la gêne que les déjections de ces charmants volatiles peuvent occasionner, les hirondelles et martinets sont des espèces menacées et protégées par la loi, tout comme leurs nids, et ce, toute l’année. La destruction de leur habitat sans mesure compensatoire – même après la saison de la nidification –  est un délit passible de sanctions pénales et financières (jusqu’à 15 000 € d’amende et/ou d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à un an de prison)

L’excellente nouvelle est que si d’aventure, un martinet et/ou une hirondelle décide de s’installer chez vous en voisin.e ou colocataire, l’association Hirondelle et la LPO peuvent vous apporter de précieux conseils pour limiter d’éventuelles gênes ainsi que des solutions pour effectuer divers travaux sur les habitations sans pour autant porter atteinte aux nids douillets de nos amis à plumes.

Aussi cet été l’association Hirondelle a pour projet de mettre en place une opération de comptages et de suivis des nids d’hirondelles et de martinets dans chaque commune du Pays-de-Retz. L’association serait très heureuse de pouvoir compter sur la participation des habitant.e.s du territoire qui voudraient bien signaler leur présence sur les habitations et/ou autres bâtiments de leur commune. Étudier les hirondelles et martinets nous permettra de mieux appréhender leurs comportements, et particulièrement leurs adaptations au dérèglement climatique. Mieux les connaître, c’est apprendre à les aimer, et aussi à les protéger encore mieux.

Article Ouest France 31/07

Pour ce faire, chacun et chacun peut envoyer un mail et/ou appeler l’association Hirondelle pour signaler des nids avec leur localisation ; utiliser un sondage en ligne « Framadate » en cliquant ici, vous pouvez y remplir le type d’espèce présente sur votre commune (hirondelle rustique, de fenêtre ou martinet noir) dans le sondage, et dans les commentaires vous pouvez remplir les coordonnées précises de la position des nids avec leur nombre si possible.

SINON : Il est aussi possible d’utiliser l’application Naturalist pour y répertorier directement vos données et positions GPS.

Oui mais, comment différencier les différentes espèces d’hirondelle, et le martinet ?

Nous demande un.e naturaliste inquiet.e

Pas d’inquiétude, voici les réponses !

Dans nos contrées du Pays-de-Retz, nous pouvons observer deux d’espèces d’hirondelles et une espèce de martinet : l’hirondelle rustique Hirundo rustica, l’hirondelle de fenêtre Delichon urbicum et le martinet noir Apus Apus .


Delichon urbicum, l’hirondelle de fenêtre

Visiteuse d’été, Delichon urbicum niche généralement avec quelques copines en colonies, particulièrement dans les villes, et de préférence, sous nos fenêtres, d’où son charmant petit nom. Elle se nourrit d’insectes, souvent placés haut dans le ciel, et ne craint pas trop les humain.e.s. En effet, Delichon urbicum bâtit ses nids clos en argile sous les avancées de toit, contre les murs des maisons, sous les arches des ponts, ou encore mêmes sur les bateaux-ferry en service ! La coquine … Après l’envol des petits, elle et ses copines des autres espèces se regroupent souvent en colonies sur les fils électriques avant leur grand voyage d’hivernage pour l’Afrique, à près de 10 000 kilomètres de la France.


Hirundo rustica, l’hirondelle rustique

Hirundo rustica, l’hirondelle rustique, elle, préfère la campagne, les champs cultivés, les fermes, les petits villages et petites villes rurales. Visiteuse d’été elle aussi, elle installe son nid en forme de cuvette fait d’argile et autres végétaux sous les plafonds des étables et granges, sous les ponts, sous les avancées de toit etc. Hirundo rustica se nourrit elle aussi d’insectes mais de préférence situés tout près de la terre ou près de la cime des arbres ou encore très souvent autour des animaux d’élevage qui les attirent, et oui, pas bête la guêpe ! (enfin l’hirondelle).


Apus Apus, le martinet noir

Et enfin, Apus Apus, notre joli martinet noir, est un incroyable oiseau qui ne se pose JAMAIS ! Ce volatile aux courtes pattes et aux ailes en forme de faucille fait absolument tout en vol : il se nourrit, étanche sa soif, s’accouple et même dort en vol à l’aide d’un fonctionnement particulier de son cerveau. On l’appelle le sommeil unihémisphérique, un hémisphère dort tandis que l’autre enclenche le « pilote automatique ». Ainsi, l’oiseau ne se pose que pour la nidification.

Apus Apus affectionne les villes et villages et plus rarement les zones boisée ou falaises à l’écart. Il nous vient d’Afrique juste pour l’été, et ses cris raisonnent souvent lord des longues et chaudes soirées d’été..

Les martinets noirs profitent des trous d’aération, des dessous de toits, des clochers ou encore des fissures dans les mûrs pour réaliser leurs nids souvent très haut perchés.

Les couples sont fidèles pour la vie et réutilisent volontiers le même nid chaque saison, et ce, durant plus de 15 ans !


Pour finir, voici quelques vidéos réalisées par l’excellente revue naturaliste La Salamandre pour différencier les hirondelles rustiques des hirondelles de fenêtre et pour reconnaître les martinets noirs :

Différencier les hirondelles rustiques des hirondelles de fenêtre
Différencier une hirondelle d’un martinet noir

Vous voici paré.e pour les observations, à vos jumelles et calepins m’sieurs dames !

L’équipe Hirondelle

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut